www.altersexualite.com
Accueil du site > Voyages > Londres, la capitale capitale

Un autre monde à deux heures vingt de Paris

Londres, la capitale capitale

Une ville où j’aimerais vivre

mercredi 25 janvier 2012

Je vous ai déjà fait le coup d’Amsterdam, capitale altersexuelle, alors il va falloir trouver autre chose pour Londres, même si ce serait bien tentant. Certes, pas de filles ou de garçons en vitrines pour éponger à moindre coût nos priapismes strauss-kahniens ; nul sex-shop ouvert à tout vent où les ménagères se ménagent une errance entre épicerie et mercerie ; mais tout un luxe de comédies musicales qui ne sont pas précisément des repères de machos ; non pas un, mais des quartiers gays où tous les publics se mélangent ; un royaume de la pédale – je veux dire du vélo, vous m’avez bien compris ? – où les petits Londoniens (et Londoniennes) exhibent même en novembre leurs tendres mollets poilus (leurs épaules veloutées pour ces demoiselles)… Des musées où l’on retrouve les richesses du monde entier, pillées ou achetées par des collectionneurs de bon goût, avec un lien vivant entre l’art ancien et les artistes d’aujourd’hui. Et puis une ville où il y a peut-être des émeutes comme en France, mais où la fraude et les dégradations semblent absentes dans des transports publics onéreux mais très bien organisés. Bref, Ich bin ein Londoner ! Cet article est mis à jour après quatre courts séjours à Londres qui ont fait évoluer ma perception de la capitale.

Notting Hill, Halloween, etc.

Bien qu’ayant fait le tour de la planète, je n’avais pas mis les pieds outre-Manche jusqu’à l’âge de 45 balais ! Pourtant, c’est deux heures vingt depuis la Gare du Nord, autant dire depuis chez moi, et si l’hôtellerie est hors de prix, on trouve quand même des hôtels modestes à deux pas de la gare de Saint-Pancras. J’ai d’ailleurs commis l’erreur lors de mon quatrième séjour, de vouloir changer d’hôtel. J’ai trouvé pour plus de vingt livres de plus par nuit quelque chose qui ne valait pas mieux au niveau prestation, et n’avait pas le privilège du cosy comme le petit hôtel où j’avais mes habitudes à Tavistock place, qui vient de passer (en 2014) à 60 livres par nuit pour une single rudimentaire. Mais revenons en arrière. Des amis pétris de commisération pour les pauvres hères de mon acabit m’ont chaperonné d’autorité pour une découverte de trois jours en août 2011, ce qui m’a permis de me fondre dans le fameux carnaval de Notting Hill, défilé bon enfant malgré une foule impressionnante, qui donne un vague aperçu sur le vieux continent du monstrueux carnaval de Rio. J’y suis retourné passer une semaine à la Toussaint suivante, histoire d’apprécier les déguisements d’Halloween. Fête commerciale ici, déguisements pendant tout le week-end, rien à voir avec le défilé bien rôdé de New York. Il faut dire qu’il existe une fête populaire le 5 novembre, la Guy Fawkes Night ; sans doute les deux à quelques jours d’intervalle se télescoperaient ? J’ai profité de quelques aspects de la ville, mais avec mon côté obsesslionel, j’ai notamment investigué le British Museum et la National Gallery, visités de fond en comble (enfin je me comprends) en cinq ou six séances chacun (entrée gratos, ça facilite les choses, on peut saucissonner sa visite). Entre 2013 et 2014, j’ai ajouté à ce palmarès la visite complète des deux Tate, et du Victoria & Albert museum.
C’est une des premières fois que je tombe sur une capitale où j’aimerais vivre. On pourrait faire un classement à l’instar des critiques de films dans Le Canard enchaîné : les villes où l’on peut ne pas habiter (Cotonou, Ouagadougou, Le Caire, Irkoutsk, Caracas, Quito, Ushuaia, Xian, Bombay…), les villes où l’on peut habiter à la rigueur (Mexico, Catane, Naples, Buenos Aires, Tbilissi, Erevan, Istanbul, Saint-Pétersbourg…), les villes où l’on peut habiter (Amsterdam, New York, Lisbonne, Prague, Rio…), et les villes où l’on habiterait volontiers (Londres, Barcelone, Paris, Budapest et quelques autres…) Cela dit à la va-vite, bien sûr, et je vous laisse libre de vitupérer ce classement qui dépend des idiosyncrasies. Revenons à notre visite guidée… Quand même, ce Palais de Westminster et sa Big Ben, à condition de tomber sur un jour de beau temps, ça vous a pas de la gueule ? En 2014 j’ai visité le parlement, justement, sans faire la queue. Ça vaut vraiment le coup. Mais on tombe dans la catégorie de ce qui n’est pas gratuit, et l’on passe à des tarifs entre 16 et 20 livres par visite… Reste à savoir si l’on accorde à un grand monument le prix, sinon la valeur, d’une mauvaise place dans un théâtre. Palais de Westminster et Big Ben

Du British museum…

Au British museum, c’est pas comme au Bénin, on peut photographier autant qu’on veut, et j’en ai donc profité pour non pas mitrailler, mais fixer quelques détails dont j’avais en tête d’agrémenter quelques-uns de mes articles. Vous trouverez donc par exemple une photo d’une hydrée grecque ancienne à figures noires de –500 dans un article sur la Sicile ; des photos des bronzes du Bénin dans un article sur Terre d’ébène d’Albert Londres, et dans un autre sur… le Bénin ; une frise d’Amazones dans un article sur L’Enquête d’Hérodote, et Epoxy de Paul Cuvelier & Jean Van Hamme ; une tablette de l’épopée de Gilgamesh dans l’article du même nom, et une photo d’un bas-relief d’Assurbanipal dans cet article sur une autre version de Gilgamesh. Une photo de l’ami Darwin prise au museum d’histoire naturelle orne enfin cet article sur son best-seller. Pour en revenir au British, je ne vais pas vous infliger la liste de ce que j’ai préféré. Cela commence à la coupe Warren, sur laquelle le musée vend une monographie pour pas cher, où l’on comprend que sans doute des objets de cette valeur ont dû être perdus ou détruits dans les siècles passés, que ce soit faute d’acquéreurs ou parce qu’ils furent détruits par des héritiers pudibonds. D’où la sous-représentation de l’altersexualité dans les objets d’art. Cela continue avec la salle petite mais si dense, sur l’Amérique précolombienne et ses objets terrifiants (serpent à double tête, tête de mort, stèle de supplice, femme se passant une corde d’épines à travers la langue, etc.), et puis la Coupe de Lycurgue. Et puis encore…
Ce qui est peut-être le plus bluffant au British Muséum, c’est la modernité de la muséographie. On n’hésite pas à mélanger les siècles et les cultures dans les salles, à présenter des expos provocatrices, comme celle de l’artiste Grayson Perry, The Tomb of the Unknown Craftsman (« La tombe de l’artisan inconnu »), que j’ai eu la chance de voir en octobre 2011. Grayson Perry est un plasticien multi-supports, notamment céramiste. Il a la particularité d’être souvent travesti, et ses thématiques sont fréquemment… altersexuelles ! Dans son expo, des objets de toutes les cultures issus des collections étaient associés à des réalisations personnelles, notamment des céramiques colorées parfois gaiement obscènes. À côté de ça, l’expo consacrée concomitamment à Le Clézio au Musée du Louvre à Paris, bien qu’intéressante, fait pâle figure. (Mais si, le Louvre a fait de grands efforts, par exemple cet immense plafond entièrement peint, dans l’aile Sully, dans une salle consacrée à la Grèce préclassique). Il faut dire que lorsque le Château de Versailles présente autre chose que de vieilles croûtes, ça démange les réactionnaires de tout poil. Encore un effort, Français, pour être… Londoniens ! J’en reviens à ce que je disais de la statuaire dans mon article sur la Géorgie.

… à la National Gallery

Deux tableaux de Vélasquez à la National Gallery. Quant à cet article, je ne vais pas vous assener mes photos de voyage, surtout sur Londres ; comment voudriez-vous faire original ? À la National Gallery, les photos sont interdites [1], mais comme je l’ignorais et que je sortais du British où c’était libre, coup de bol, j’ai eu le temps, avant que les gardiens ne me tancent, de prendre posément la photo ci-dessus, qui n’est pas belle mais utile pour vous parler non pas d’un tableau, mais disons d’un accrochage altersexuel. Dans une salle, on se trouve confronté à cinq ou six tableaux sublimes de Diego Vélasquez, une brouettée de ténébreux Zurbaran, et dans la salle à côté, des Caravage comme s’il en pleuvait. Eh bien, devant quoi que je me suis pâmé d’après vous ? Raté ! À gauche, c’est Le Christ contemplé par l’âme chrétienne, tableau de Vélasquez de 1628 ; à droite, Saint Jean à Patmos, tableau du même de 1618. Ne dirait-on pas, grâce à cet accrochage malicieux, que Saint Jean contemple impuissant son ami, tandis que le Christ, embringué dans une scène de bondage, tente de quêter le regard de Saint Jean ? Vélasquez, plus altersexuel que Caravage ? Mon ami Carlos Franklin, croisé par hasard près du British [2], m’a dit que ses tableaux préférés de la National étaient ceux de Giovanni Battista Moroni. Effectivement, c’est un portraitiste troublant. J’ai beaucoup aimé notamment son Tailleur. Au fait, sur le site du musée, on peut commander des reproductions personnalisées de toutes les œuvres exposées ! Parmi ce qui m’a le plus bluffé à la National gallery, à part de me retrouver tout seul devant l’immense tableau des Ambassadeurs d’Holbein le Jeune (cf infra), ce sont des tableaux flamands. Notamment une série des Quatre éléments de Joachim Beuckelaer (1534-1574), placés dans une rotonde autonome. Ce sont quatre scènes de marché, de grande dimension, qui correspondent aux éléments. L’eau, c’est les poissons ; le feu, c’est la cuisson des aliments ; l’air, c’est la volaille ; et la terre, c’est les fruits et légumes, comme on peut le voir sur cette photo provenant de Wikimedia commons : La terre, de Joachim Beuckelaer Ce qui me frappe, en dehors du réalisme et de la composition des tableaux de ce peintre, c’est dans celui-ci, la prise en compte anti-réaliste de la notion du temps. Les fruits et légumes représentés sont des fruits d’été et d’hiver, ce qui témoigne d’une volonté d’inscrire dans l’œuvre, en plus des 4 éléments, la 4e dimension temporelle (en plus de la perspective offerte par les points de fuite, souvent des scènes bibliques vues au loin). Qu’on me pardonne ces remarques d’un Candide découvrant le fil à couper le beurre ! J’ai retrouvé avec ce même étonnement naïf ces « quatre saisons » dans des natures mortes d’un peintre flamand méconnu, Jan van Os.
J’ai aussi beaucoup aimé, en fonction de mes préoccupations actuelles, les tableaux mythologiques délurés, par exemple un atypique Van Dyck (inspiré par Rubens) : Silène ivre supporté par des satyres, ainsi que de Nicolas Poussin, Bacchanale devant un terme, avec ce troublant trouple (deux hommes et une femme entraînés dans une farandole, et ouverts sur le reste de la troupe).
Pensant à notre ami Jean-Yves, j’ai admiré, parmi les innombrables Saint-Sébastien jouissant leur martyre dans les salles, un tout petit caché dans Still Life with Drinking-Horn, de Willem Kalf : agrandissez plusieurs fois l’image, jusqu’à admirer l’un des trois personnages sculptés à la base de la corne ! De l’orfèvrerie en peinture ! Un autre qui tire une tronche incroyable, dans The Virgin and Child with Saint Anne and Other Saints, de Francesco Francia. Dans le genre minus, admirez le Saint-Sébastien qui sert d’attraction de foire, à droite de la prédelle de La Madonna della Rondine de Carlo Crivelli. Vous allez me trouver futile, mais j’ai admiré le personnage en slip qui enlève son Damart, à la droite de The Baptism of Christ, de Piero della Francesca (1450 !). De même j’ai pu admirer leur unique tableau de Jérôme Bosch : Christ Mocked (The Crowning with Thorns). Agrandissez le personnage au coin supérieur droit, vous verrez un magnifique collier de chien S.M. ! (voir notre article sur le piercing). Le célèbre Portrait du pape Jules II de Raphaël remet les choses en place après la lecture du sulfureux Pape terrible, de Jodorowsky & Théo. Parmi les Français, j’ai reconnu l’original attendrissant de la gravure de Lépicié, La Maîtresse d’école de Chardin. J’admire toujours beaucoup la copie de Lépicié ! Globe terrestre 1533 Je reviens pour terminer sur le tableau d’Holbein, Les Ambassadeurs, sur lequel j’ai fait travailler mes élèves de 1re L (à propos de l’humanisme). Voici un agrandissement retourné du globe terrestre qui occupe le milieu du tableau, posé comme négligemment à l’envers. Mise en abîme de ce monde à l’envers qu’est notre planète à l’époque des grandes découvertes, un monde que contient Londres et que Londres contient. Sur ce tableau sublime, je vous renvoie à l’article de Wikipédia, et au fichier extraordinaire (de 95 Mo !) qu’on peut y télécharger : on distingue les moindres craquelures, et sur ce globe par exemple, la ligne de partage du traité de Tordesillas, qui sépare le Brésil du reste de l’Amérique du Sud.

Des comédies musicales

En ce qui concerne les spectacles, j’ai pris le temps pour l’instant de voir deux comédies musicales (et quelles !) et un concert classique. Le concert, c’était par le Royal Philarmonic Orchestra, des « Great Classics English Masterpieces », en l’occurrence les Variations Enigma d’Edward Elgar, et la Symphonie nº 1 de Vaughan Williams. C’était surtout pour découvrir l’intérieur du Royal Albert Hall ; incroyable salle de concert située en face du maousse mausolée d’Albert, le chéri de Victoria [3]. Cela dit, j’ai été impressionné par les 300 choristes installés entre l’orchestre au grand complet et l’orgue monumental, pour la 2e œuvre.
Côté comédies musicales, je me suis régalé de l’adaptation de Priscilla, folle du désert, incroyable délire de tubes gays (voyez le film), de costumes tous plus inventifs les uns que les autres, de décors, de danses, de prouesses de comédiens beaux autant qu’époustouflants, le tout pour une somme qui couvre à peine les frais de production. Les salles sont presque pleines tous les soirs (nombre d’échoppes, autour de Leicester square, proposent des tarifs réduits pour le soir même, ou des billets à tous les tarifs pour les autres jours, ce qui vous évite de perdre du temps lors de votre séjour touristique), mais pour rendre possible une telle variété de spectacles en permanence renouvelés, cela suppose un terreau d’artistes disponibles et formés dans la ville même, de ce niveau incroyable de qualité. Il semble impossible de parvenir en France, pour le même prix, à cette qualité de prestation, car il faudrait faire venir les artistes de l’étranger. J’ai vu aussi en 2011 l’adaptation de Billy Elliot. Là, et pour cause, ce ne sont pas les costumes qui sont épatants, mais l’émotion qui se dégage des chorégraphies, et l’abattage du jeune garçon qui joue le rôle-titre, sans doute plusieurs garçons, si la loi est la même qu’en France, ce qui signifie des frais supplémentaires, des journées de répétition, etc. Les producteurs n’ont pas lésiné d’ailleurs : deux garçons et neuf filles sur scène pour jouer de façon crédible les cours de danse. Qu’on imagine les coûts d’une double distribution, sinon triple… la scène qui m’a le plus ému est celle où les policiers et les mineurs s’opposent, avec les enfants qui, telles les Sabines dans le célèbre tableau de Jacques-Louis David, interposent leur fragilité dans ce concours de virilité. Évidemment, les mauvaises langues regretteront l’absence des fesses de Romulus au milieu du tableau, mais il faut savoir où l’on est, que diable ! En 2014, j’ai choisi la comédie musicale We Will Rock You, basée sur des chansons de Queen. C’est la fin d’une série de représentations qui durent depuis 2002. Je n’ai pas été enthousiasmé.

Métro, bus et politique non-laxiste de la ville

Bon, les nuits sont longues à Londres, sauf le vendredi où les musées ferment à 21h. Que faire ? Ben dame ! les comédies musicales, les concerts… Bon, l’ethnologue qui, je vous l’ai déjà dit, sommeille en moi, a bien jeté un œil didactique et lointain sur quelque pandémonium, par exemple, le Royal Vauxhall Tavern, un vieux bâtiment de spectacle imposant récemment devenu un club gay, avec des grappes de gars qui fument et papotent à l’extérieur, ce qui donne une drôle d’impression vu que le bâtiment occupe seul une sorte de rond-point. Bref, pas le genre de bar gay discret ! Mais je vous laisse découvrir ça tout seul. J’en reviens au système des bus et métros. Certes, le métro a des aspects vieillots, et on prend parfois peur dans ces stations bondées, aussi profondes que celles de Moscou, dont la sortie se fait uniquement par ascenseurs. Que se passerait-il en cas d’incendie, ou simplement d’alerte à la bombe ? Pas très rassurant, même si d’un autre côté, contrairement au métro parisien, on n’a pas l’impression de circuler dans un dépotoir, et de n’être qu’un réceptacle captif à publicités que nos politiciens ont vendu aux annonceurs (mais il y a quand même beaucoup de pub). Certaines rames sont basses, et les grands doivent se pencher pour tenir plus ou moins debout, ce qui accentue la claustrophobie. Je préfère le réseau extrêmement bien structuré, régulier, propre et rassurant, des bus. En traversant la Manche, on a l’impression de traverser la planète de part en part, et de rejaillir sur Mars. Quoi ? dans le centre d’une mégapole cosmopolite, des bus (c’est pareil pour le métro) propres, pas le moins du monde tagués, avec semble-t-il pas un seul crétin qui ait l’idée de monter sans s’acquitter de son titre de transport, que ce soit en validant sa fameuse Oyster card ou autrement ? C’est possible, figurez-vous ! Avant d’avoir été à Londres (vous avez bien lu : j’ai été – et en automne, même – à Londres : j’y suis pas « zallé » !), je vitupérais contre nos politiciens qui avaient supprimé les receveurs sur le bus et les poinçonneurs dans le métro, mais il ne semble même pas que ce soit la question : les chauffeurs de bus londoniens sont seuls, mais on ne leur a pas, depuis des années et des années, donné des ordres laxistes, et cela demeure, comme ça l’était en France à l’époque des receveurs, inconcevable de frauder sciemment, et de mépriser les boloss qui commettent cet anachronisme de payer leur billet. Si un passager se comporte de façon incivile, idem, le chauffeur, dès qu’il s’en rend compte, à l’aide des caméras ou de visu, s’arrête, appelle la police éventuellement, et ne redémarre que lorsque le trublion a quitté le bus.
En France aussi, on a installé dans les bus, au frais des boloss qui paient leurs billets, des caméras de vidéosurveillance fabriquées en Chine, mais pourquoi faire ? Pour vérifier que les fraudeurs se sont bien assis les premiers (en passant par la porte arrière) aux meilleurs places, et que les connards de payeurs sont debout, et songent au politicien efficace surtout dans l’agitation de bras et le trémolo vocal, pour lequel ils vont voter aux prochaines élections. Mieux, dans les bus gaulois, il y a souvent un ou deux types (ce qui veut dire des salaires payés par ceux qui paient leur ticket) qui sont là pour vous remercier de valider, mais qui ont ordre de ne rien faire et ne rien dire directement à tous les fraudeurs. Au lieu de cela, le payeur, qui, quand il a enfin réussi à s’asseoir, voudrait bien lire, en est empêché par la diffusion répétée de divers messages enregistrés, du type : « Nous vous rappelons qu’il est obligatoire de valider votre titre de transport », ou « de monter par les portes avant », ou « merci de reculer au fond du bus », etc. Les décideurs qui ont trouvé ça au lieu de réfléchir au moyen de faire payer tous les voyageurs, dans une démocratie digne de ce nom, devraient être écartelés en place de Grève ! Bon, je dois être de droite, mais j’admire cette civilisation si exotique qui parvient à des miracles dont les politiciens français n’ont même pas idée ! Sur ce, je rentre à Paris ! Aïe l’agité du vocal [4] s’en prend encore aux fraudeurs des basses classes, boudiou ! Je vais passer pour copiste (partisan de Copé). C’est vrai qu’on aurait tendance, vu l’indulgence complice de nos politiciens adorés avec les gros fraudeurs, les mêmes qui, avec les millions qu’ils leur permettent de mettre à gauche, remplissent leurs valises de billets, à être indulgents avec les petits fraudeurs… mais dans une société qui vous écrase par le haut et par le bas, vous vous sentez un peu comme un ludion dans un… intestin, ou comme un Zorba grec au temps de l’euro… soyons précis : vous vous sentez comme déjà bouffé, mais pas tout à fait chié… Amis de la poésie, bonsoir ! Memorial bench Les édiles londoniens semblent, contrairement à ceux de Paris, avoir des cerveaux. Par exemple, il n’y a pas besoin d’élus écolos pour que tous les pubs de Londres soient ornés de superbes jardinières de fleurs. Dans nos immeubles parisiens, vous trouvez parfois un immeuble entier, un des rares qui aient des balcons, avec tous ces balcons sans une seule plante en pot. Organiser un concours de balcons fleuris ne coûterait pourtant rien à la collectivité, et ferait fonctionner le petit commerce. Aucun élu, écolo ou pas, n’a jamais eu cette idée. Personne non plus ne semble avoir remarqué l’existence du Memorial bench, une tradition semble-t-il étendue à l’Amérique du Nord. Comme sur la photo ci-dessus, on offre au public un banc en hommage à un ami ou parent mort. Quelle émouvante façon moderne, laïque, de commémorer un mort, tout en améliorant la vie en ville, et en allégeant les finances publiques ! À Paris, où l’on manque cruellement de bancs disposés chichement dans les rues, et encore plus chichement dans le métro sous prétexte que les clodos les squatteraient, quelle bonne idée – et gratuite ! – ce serait ! En période de crise, comment se fait-il que nos édiles soient si aveugles aux meilleures pratiques de nos voisins européens ? À quoi servent les institutions internationales du type Cités et Gouvernements locaux unis, si ce n’est à copier les bonnes idées ? Et puis les parcs publics. Holland Park, Londres Voici une photo de Holland Park, un parc arboré du centre de Londres, dans un quartier chic, avec des parties sauvages, quelques mammifères en liberté, mais aussi de superbes petits jardins, et de belles sculptures modernes (et non ces vieilleries du XVIIe siècle dont on n’arrive pas à se débarrasser au jardin des Tuileries). Connaissez-vous, dans Paris, un jardin aussi propre, aussi bien entretenu, aussi artistiquement fleuri ? Tout cela suppose une politique de la ville bien différente. Je vous renvoie à mon article sur la signalisation des bus.

- Lire mon article sur le Journal de Samuel Pepys (Mercure de France, 1985), une excellente lecture pour découvrir le Londres des années 1660-1669, à l’époque de la grande peste et du grand incendie. Comme lecture de voyage et pour combler mes lacunes culturelles, j’ai aussi opté pour Nicolas Nickleby (1839), long roman (950 p. en Pléiade, quand même !) de Charles Dickens, l’auteur fétiche de Marie-Aude Murail, qui nous plonge dans le Londres du début du XIXe. Par contre, rien d’altersexuel, donc point d’article !

Lionel Labosse

Voir en ligne : Mes photos de Londres

P.-S.

© altersexualite. com, 2011-2014. Les photos (sauf le tableau de Beuckelaer) sont de Lionel Labosse.

Notes

[1] Ce qui se justifie parfaitement par l’incroyable qualité des photos presque intégralement disponibles en ligne, jusque dans le détail des prédelles, comme vous allez le constater ci-dessous, ainsi que par la gratuité, et donc la fréquentation massive du musée. Contrairement aux objets du British, autour desquels on peut souvent tourner, des milliers de photographes empêcheraient les autres de voir les tableaux, sans parler des flashs qui abîment plus la peinture que la pierre ou le bronze.

[2] Incroyable : lors de ce séjour, j’ai rencontré coup sur coup un ami, et un couple d’amis ; dans le cas de ces derniers je ne savais même pas qu’ils fussent à Londres !

[3] Je me garderai de toute remarque grivoise sur Albert & Victoria, car autant la question du piercing nommé « prince-Albert » que celle des « chemises de nuit à trou » dont l’écho m’a atteint me semblent tenir de la légende, en attente d’informations vérifiables.

[4] Cette partie de l’article est rédigée vers le 16 novembre 2011, et la cible du jour de l’agence de com qui dirige la France est, je vous le donne en mille, les fraudeurs aux arrêts de travail…

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0