www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse, enseignant, écrivain.

Accueil > Voyages

Voyages

Les voyages m’inspirent souvent la volonté de communiquer des impressions. Cela peut prendre des formes diverses. Poème, article documenté, prise de position, pamphlet… agrémentés de quelques photos. Mais comme l’écrit Michel Onfray : « Les lieux du monde convergent vers les écrans informatiques ou télévisuels, tristement semblables à leur réalité, mais encagés, limités par la contrainte de la fidélité sommaire. […] le désir de voyage se nourrit mieux de fantasmes littéraires ou poétiques que de propositions indigentes par trop de semblances avec une réalité sommaire. » (Théorie du voyage, Le Livre de Poche, 2007, p. 23.)
On peut donc préférer voyager par les expositions : au Pérou, ou par les livres : Mayotte, la Sicile, Guernesey, le Vatican, l’Afrique et le Cameroun, l’Afrique coloniale, Le Cap-Vert, Bali, Célèbes, Haïti, le Canada, le Maroc, la Terre de Feu, le Yémen, etc. Il existe même des livres très sérieux sur le voyage : Sur la plage (Mœurs et Coutumes balnéaires (XIXe-XXe siècles)), de Jean-Didier Urbain, et on peut les emporter en voyage !
« Je pense à une promenade que je viens de faire en compagnie d’Antoine qui ne cesse de me chapitrer, de me prouver que mes notions sont fausses, que je voyage de travers. Il a beaucoup roulé déjà et sait quantité de choses, mais il y a un pion en lui qui n’est pas rassasié. J’ai bien essayé de le mettre sur les femmes pour donner à son monologue un tour plus alerte. Il m’a dit : « As-tu tâté de l’Iranienne ? moi oui… pas extraordinaire ». Le mot tâter m’a découragé ; c’en est resté là. Il a pourtant vu toute l’Europe, la Russie, la Perse, mais sans jamais vouloir céder au voyage un pouce de son intégrité. Surprenant programme ! conserver son intégrité ? rester intégralement le benêt qu’on était ? aussi n’a-t-il pas vu grand-chose, parce que le kilo de chair de Shylock — je le sais maintenant — pas de pays qui ne l’exige ». (L’Usage du Monde, Nicolas Bouvier, Zoé, p. 340).