www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Albums > Et avec Tango, nous voilà trois ! de Justin Richardson, Peter Parnell & (...)

Un couple gay chez les manchots, à partir de 4 ans

Et avec Tango, nous voilà trois ! de Justin Richardson, Peter Parnell & Henry Cole

Rue du Monde, 2013 (2005), 40 p., 17 €.

samedi 31 mai 2014, par Lionel Labosse

Cet album est la traduction française de And Tango Makes Three (traduction de Laurana Serres-Giardi). Cet album basé sur un fait divers ayant lieu au zoo de Central Park en 2000, de manchots mâles en couple ayant « adopté » un œuf, a défrayé la chronique aux États-Unis, en voyant s’opposer autour de son berceau une tempête militante d’intégristes et d’altersexuels. Il paraît 8 ans après en France, alors qu’en 2010 était paru au Baron perché, Tango à deux papas et pourquoi pas ?, album de Béatrice Boutignon étrangement similaire.

Résumé

Au zoo de New York, les familles de visiteurs découvrent des familles animales, parmi lesquelles des manchots. Les rites annuels de rencontre de filles et de garçons manchots forment des couples. Mais voilà deux manchots « un peu différents », Roy et Silo, qui « étaient tous les deux des garçons. Mais ils faisaient toujours tout ensemble ». Le soigneur pense « ils doivent être amoureux ». Ils se font un nid, puis observent les autres couples, qui font naître des bébés. Leur nid leur semble « un peu trop vide », et ils dénichent un gros caillou pour le couver comme un œuf. Le soigneur a l’idée de leur confier « un œuf qui avait besoin qu’on s’occupe de lui », et tout se passe au mieux, naît un poussin qu’on appelle Tango, qui grandit et que bientôt les enfants acclament avec ses deux pères. Une note finale précise qu’il s’agit d’une histoire vraie, donne même le nom des pingouins du couple qui a donné l’œuf, et précise que le pingouin est une femelle.

Mon avis

C’est une bonne chose que cet excellent album paraisse en France, même si cela arrive avec un délai assez long permettant peut-être de surfer sur la mode du « mariage gay ». On apprécie cette histoire simple sans moralisation excessive qui permet juste aux jeunes lecteurs de se confronter à une particularité qui pourrait sembler anodine, mais a provoqué des débats houleux outre-Atlantique. La comparaison avec Tango à deux papas et pourquoi pas ?, de Béatrice Boutignon, paru en 2010, est inévitable. Chacun aura sa préférence. D’un côté un narrateur extérieur qui énonce des faits et impose sa vision de deux manchots « un peu différents » ; de l’autre, un personnage enfant qui découvre les choses progressivement, et n’apprend qu’au bout d’un certain temps que « Roy et Silo sont deux mâles ». Pour le dessin, celui de B. Boutignon est plus « naturaliste » sans doute, et l’on comparera l’image de la naissance du poussin dans son album avec celle qui l’a inspirée dans l’album original, où les deux manchots contemplent un nid vide. En voici une autre qui forme un couple avec l’image de couverture, qui renforce l’idée de couple. Ce dessin semble suggérer que le poussin se tourne davantage vers l’un des deux manchots, même si les deux sont aussi souriants. La version française ne précise pas ce que nous apprend l’article de Wikipédia, que d’une part après 2005 (parution du livre original) Tango s’est mise en couple avec une femelle, puis que Roy et Silo se sont séparés, Silo ayant convolé avec une femelle, et Roy rejoint un groupe de mâles célibataires ! Cela aurait pu donner lieu à des variantes (et des polémiques) rigolotes, mais nous sortons du domaine de l’album pour enfants !
Et avec Tango, nous voilà trois !

Concurrence éditoriale

Le fait que cet album soit paru trois ans après celui de Béatrice Boutignon est étonnant, car on aurait pu croire que ce dernier était un « remake », tant il est inspiré non pas du fait divers (qui s’est répété entre-temps dans d’autres zoos), mais de l’album original. Même format, même déroulement narratif, et nombreuses images similaires. On peut même dire que l’imitation n’a pas de mal à améliorer l’original, mais a-t-on du mérite quand on voit plus loin, étant simplement monté sur les épaules de ses prédécesseurs ? Alain Serres, directeur de Rue du Monde, a accepté de répondre à nos questions. Il a précisé qu’il avait fait affaire il y a plusieurs années avec l’éditeur étasunien, sans connaître l’existence du livre paru en France. Il a bien sûr remarqué d’étranges similitudes, mais ne souhaite pas utiliser le mot « plagiat », ni polémiquer avec un éditeur concurrent mais sans doute ami, estimant qu’il y a de la place pour les deux albums dans le modeste marché de l’édition jeunesse (Rue du Monde publie une trentaine de livres par an). Mon petit doigt me dit cependant que l’album de B. Boutignon ne va pas rester longtemps disponible à la vente !

- Cet ouvrage bénéficie du label « Isidor ».
Label Isidor HomoEdu

- Il est fait allusion à ce livre dans le roman Menteuse, de Justine Larbalestier.
- Cet album nous fait songer à Corydon, d’André Gide, l’un des premiers essais consacré à l’homosexualité, qui basait sa réflexion sur des observations zoologiques, ce qui parut plus tard ridicule. Pas tant que ça, finalement !

Lionel Labosse


Voir en ligne : Article de Wikipedia (en anglais)


© altersexualite.com 2013
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.