www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse, enseignant, écrivain.

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions jusqu’à la 6e > Tu ne jureras pas (Le décalogue, Tome 3), de Christophe Donner

Et si j’étais homosexuel, papa ? Pour les 6e / 3e.

Tu ne jureras pas (Le décalogue, Tome 3), de Christophe Donner

Hachette, Côté Court, 2000, 62 p., 1,5 €.

dimanche 29 avril 2007, par Lionel Labosse

Et si j’étais homosexuel, papa ? On en rêve, d’une discussion gratuite comme celle-ci, uniquement destinée à enrayer la machine infernale déclenchée par un mensonge de gosse. Les choses importantes sont dites sans en avoir l’air, avec une jubilation dans l’inversion des données : à court d’arguments, le pauvre papa semble regretter que son fils n’envisage pas de devenir homosexuel ! Un livre qui mériterait un premier prix, je vous le jure !

Résumé

Henri est déçu de ne pas avoir obtenu le prix de poésie. Il a obtenu un 10/10, mais aussi un 0, et cela le fait passer après un camarade, qui n’aime pas la littérature mais est le champion de la régularité. La moyenne, voilà l’ennemi, à cause de quoi l’Éducation nationale va « démoraliser complètement les vrais poètes » (p. 8). Henri s’invente alors un prix spécial. Cela n’est pas bien grave, puisque son père a toujours considéré ce genre de cérémonies avec mépris. Mais patatras, papa prend la chose à cœur, et culpabilise tant maman qu’il la convainc de rentrer précipitamment d’une tournée en Norvège pour assister à la remise des prix, même si au départ elle n’y croyait pas : « Mais je te le jure, maman, c’est vrai, j’ai eu le prix spécial » (p. 13). C’est donc uniquement pour détourner la conversation qu’Henri aborde un sujet incongru : quand son père lui demande combien il aura d’enfants, Henri déclare : « Mais je serai peut-être homosexuel » (p. 24). Comme Henri pour son mensonge, le père est alors entraîné dans une hilarante « discussion sérieuse », piégé par sa tolérance. Henri devra y mettre fin : « Non, je n’ai pas du tout l’impression que je vais devenir homosexuel ». Voici le père « en proie à une déception profonde ». Après cette diversion ratée, Henri tente tout pour retarder la remise des prix, mais il doit se résoudre à l’inéluctable, et cela apprendra aussi à son père à ne pas parler à la légère.

Mon avis

C’est l’humour et le don de l’incongruité qui fait tout le sel de ce petit récit. Pour une fois, le sujet y est abordé de biais, par hasard, et sans une once de dramatisation ; au contraire, on perçoit une surenchère dans la tolérance entre père et fils, avec des reparties tordantes, du genre : « Ne dit-on pas : « Regarde-moi tous ces pédés qui ont un prix, et moi rien » ? », ou bien « on me décernerait le prix du plus jeune homosexuel de France » (p. 27). L’éditeur signale ces récits « à partir de 12 ans », mais on peut proposer celui-ci en tout cas dès la sixième à mon avis, les élèves de cet âge étant tout à fait aptes à comprendre cet humour, et à aborder le sujet en toute franchise. En tout cas, dix ans après Les lettres de mon petit frère, on peut mesurer le chemin parcouru !

- Cet ouvrage bénéficie du label « Isidor ».
Label Isidor HomoEdu

- Lire également, du même auteur, Mes débuts dans l’espionnage.

Lionel Labosse


© altersexualite.com 2007
Réagissez, complétez cette critique, en précisant si vous êtes auteur, enseignant, élève… Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.