www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions niveau 5e > Le secret de l’hippocampe, de Gaétan Chagnon

Apprendre à lire en soi, pour les 5e.

Le secret de l’hippocampe, de Gaétan Chagnon

Soulières, 2003, 207 p., 10,65 €.

dimanche 29 avril 2007, par Lionel Labosse

« J’ai découvert pourquoi l’hippocampe te fascine autant. C’est que tu lui ressembles. Comme lui, tu as le droit d’être différent et de garder la tête haute » Le secret de l’hippocampe est une belle réussite littéraire. Les adolescents seront surtout sensibles à l’interprétation symbolique des paroles et des thèmes abordés, sans oublier les fausses pistes et les quiproquos grâce auxquels Gaétan Chagnon retourne une situation anxiogène en un optimisme qui n’a rien de béat.

Résumé

Une étrange amitié lie Victor à Gaël. Victor est un vieux monsieur solitaire, dont le fils « s’est enlevé la vie » (p. 25) il y a vingt ans de cela. Gaël est un « adolescent fougueux mais parfois si secret » (p. 7) qui vient lire le journal pour Victor. Les deux amis ont chacun leur lourd secret, mais Gaël constitue une chance pour Victor de racheter sa faute et de faire son deuil par rapport à son propre fils que l’alcool et les préjugés l’avaient empêché d’écouter. Gaël est passionné d’animaux, notamment l’hippocampe, symbole de la différence, parce que mâle et femelle se mêlent de porter les œufs. Un beau jour, il prend conscience de son attirance pour les garçons : « son attrait pour les corps masculins n’avait rien à voir avec la banale curiosité sexuelle volontiers attribuée aux gens de son âge » (p. 63). Mylène, sa copine d’enfance, sort avec Lambert, et c’est d’elle, plutôt que de lui, qu’il est jaloux, de lui dont il rêve, dont il cherche le contact. Gaël n’a personne à qui parler. Son frère Julien le harcèle à tout propos, ses parents ont autant de psychologie qu’une lamproie, et alors qu’il fait une tentative pour héler Samuel, un voisin de son âge qu’il croise au collège, une brute qui se trouve à côté le traite de « fif » (abréviation de « fifi », « fifille », quolibet favori des Québécois). Il a peur que sa différence se voie, et doute même de son ami Victor, surtout quand Lambert met en doute ses difficultés de vue et le calomnie : « c’est un vieux vicieux qui s’intéresse aux petits gars » (p. 93). Gaël démasque Victor, qui reconnaît avoir menti sur sa vue, pour cacher son « terrible secret ». Ce sont les plus émouvantes pages du roman, quand Victor, surmontant sa honte, se rend symboliquement à l’école pour avouer son secret, rit du quiproquo de Gaël ; quand celui-ci décide de l’aider (extrait à étudier p. 115 / 122). Les choses s’accélèrent, et Victor aura bientôt l’occasion de rendre la pareille, justement parce que cette culpabilité qu’il traîne de n’avoir pas aidé son fils le rend sensible au malaise de Gaël, et qu’il le convainc de lui confier à son tour son secret, dans une deuxième scène d’anthologie (p. 158 / 161), à la suite de laquelle Victor accède enfin à la parentalité qu’il n’avait pas su assumer pour son fils. Voici un des romans qui justifie ma préférence pour la notion large de « parentalité ». En effet, l’altersexualité redistribue les cartes de la parentalité d’une façon beaucoup plus large que ce que l’on entend d’habitude par « homoparentalité ».

Mon avis

Le secret de l’hippocampe est un des tout meilleurs romans de notre sélection, et cela pour plusieurs raisons. Premièrement, contrairement à une direction prise par trop d’ouvrages (pourtant excellents), l’homophobie, même si elle est évoquée au travers notamment d’un personnage, ne prend pas toute la place, et la réaction positive de l’entourage de Gaël illumine la fin du roman, ce qui rassurera, comme un conte de fée, les plus jeunes lecteurs. Deuxièmement, l’aspect didactique et revendicateur qu’on voit émerger depuis quelques années dans nos romans, s’il est bien sûr présent, s’efface derrière une relation aboutie avec un garçon, ce qui est rare dans notre sélection. De plus, du côté hétéro, l’auteur n’oublie pas de retourner la situation d’une façon inattendue, qui donnera à réfléchir à tous les lecteurs. Enfin, Le secret de l’hippocampe est une réussite littéraire. On aimerait certes élaguer quelques superfluités (« en proie à de vives émotions, d’inavouables désirs »), mais ces redondances confinent parfois à la sensualité : « leurs corps se nouent, s’enlacent, se meuvent, s’émeuvent et s’apaisent », p. 60. Les adolescents seront surtout sensibles à l’interprétation symbolique des paroles et des thèmes abordés, qu’une étude en classe fera émerger clairement, sans oublier les fausses pistes et les quiproquos grâce auxquels Gaël, pardon, Gaétan Chagnon, retourne une situation anxiogène en un optimisme qui n’a rien de béat.

- Cet ouvrage bénéficie du label « Isidor ». Label Isidor HomoEdu

- Voir le site de l’éditeur.

- Sur le même thème d’un échange entre une personne âgée et un jeune, voir Passer la nuit, d’Olivier Lebleu.

- Lire l’entrevue que Gaétan Chagnon nous a accordée.
- Voir notre bibliographie canadienne.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Site de l’éditeur Soulières


© altersexualite.com 2007
Réagissez, complétez cette critique, en précisant si vous êtes auteur, enseignant, élève… Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.