www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions niveau 5e > Tous les garçons et les filles, de Jérôme Lambert

Un livre court pour les 5e / 4e.

Tous les garçons et les filles, de Jérôme Lambert

École des Loisirs, Médium, 2003, 111 p., 8€.

mardi 1er mai 2007, par Lionel Labosse

Chronique blasée d’une année de seconde au lycée, jusqu’au premier baiser. Un personnage exaspérant, un livre navrant, à réserver aux élèves qui regardent avant tout le nombre de pages et veulent « avoir lu un livre » pour satisfaire aux exigences scolaires.

Résumé

Le narrateur Julien Lemeur entre en seconde à l’âge de 16 ans. Il est fils unique, il voit ses parents séparément. Dans cette chronique de l’année de seconde rédigée sous forme de récit à la première personne, il raconte son attirance pour Clément, un garçon de sa classe, dont il a décidé qu’il serait son « meilleur ami » (p. 25). Il y a aussi une admiration pour le prof d’Allemand. À part ces deux-là, il ne semble y avoir rien d’autre dans sa vie. Tout l’indiffère, il est blasé. Il n’aime pas les promenades, ne sait pas faire du vélo, prend la perspective d’un séjour scolaire en Espagne comme une corvée… Cependant Julien cède progressivement à l’attirance qu’il ressent pour Clément, ce qui va le contraindre à accepter l’idée d’être étiqueté « pédale » (p. 98), lui qui pouvait s’exclamer : « J’ai jamais pu blairer cette tapette de Tintin. » C’est au cours de ce séjour en Espagne qu’ils passeront à l’acte au terme d’une scène torride dans les douches (p. 87). Ce premier baiser ne sera pas sitôt avalé qu’il faudra en faire la confidence à maman par écrit (p. 89). Notre héros aura tenu un peu plus longtemps que la Colline de Macaron citron ! Et sa maman réagira bien. Par contre il ne faudra le dire à aucun autre camarade, et comme par hasard, tous réagiront par une homophobie caricaturale.

Mon avis

Je ne sais pas après avoir lu ce livre, ce qui m’exaspère le plus, du personnage, de l’œuvre, ou de la critique complaisante que vous en trouverez dans la sélection 2003 de Livres au trésor. Selon cette critique, l’auteur se serait « lancé dans une gageure qu’il relève avec brio ». Gageure, cette copie conforme de tant d’œuvrettes déjà lues sous tant de plumes ? La chronique d’une année scolaire ou d’un été par un fils de riche constitue presque une collection à part entière chez cet éditeur, et pas que lui ! Brio, ce texte médiocre au ton blasé truffé de noms de marques commerciales ? Je relève surtout un topos de ce genre d’ouvrages, où il est de bon ton de se moquer du kitsch plutôt que de lui proposer une alternative (p. 50). Papa roule en Safrane, va au golf, emmène son fils au resto toutes les semaines, les camarades se retrouvent au café après les cours, on part en week-end à la mer, tout le monde part pendant les vacances… Et puis, où cet auteur est-il allé chercher cette classe de seconde dont tous les élèves sans exception portent un prénom du plus pur « gaulois » (p. 12, p. 91) ? On dirait que certains auteurs de L’école des loisirs ignorent tout du vaste monde qui s’étend à un kilomètre au-delà de leurs bureaux de Saint-Germain. On réservera donc ce court récit aux élèves qui regardent avant tout le nombre de pages et veulent « avoir lu un livre » pour satisfaire aux exigences scolaires. Sauront-ils percevoir le côté exaspérant du personnage, ou le prendront-ils au premier degré ? Et surtout, ne faut-il pas craindre que, dans certaines classes où tous les élèves ne s’appellent pas Nicolas ou Jennifer, ce livre ne renforce certain préjugé ?

- Voir aussi Meilleur ami, de Jérôme Lambert. Voir une autre critique de cet ouvrage ici et sur le blog de Caro.

Lionel Labosse


© altersexualite.com 2007
Réagissez, complétez cette critique, en précisant si vous êtes auteur, enseignant, élève… Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.

Messages

  • Franchement... j’ai bien aimé ce livre. Ce n’est pas un chef d’œuvre, mais le descendre à ce point, c’est juste exagérer. Et puis, je ne sais pas comment qualifier cette façon de tout rejeter, de ne rien aimer, comme si tout était mauvais. C’est faux d’après moi... enfin c’est mon avis, comme chacun à le sien. J’argumenterais pas, parce que c’est pas la peine, que certains livres plaisent et d’autres non.

    P.S. : Je ne donne pas mon nom car j’ai 12 ans...
    Vous comprenez enfin pourquoi ce genre de livre peut me plaire. (humour _ _ll)

  • Bonjour,

    je suis en première année de fac
    et je m’aprête à lire ce livre.

    Je trouve votre avis tout simplement
    parfaitement bien argumenté.
    Vous avancez une idée en l’expliquant tout
    de suite après.
    Vous " ne descendez pas" ce livre vous donnez
    votre opinion, ce qui me donne encore plus envie
    de le lire.

    C’est un avis clair, net et parfaitement bien expliquer
    je vous donnerez mon avis très bientôt ^^