www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Bandes dessinées > Bob Marone, de Yann & Conrad

Commandant de la jaquette, pour lycéens et adultes

Bob Marone, de Yann & Conrad

Glénat, 1984-1985, 4 x 48 p., 13,95 € chaque volume

samedi 12 octobre 2013, par Lionel Labosse

Bob Marone est une série de deux albums de Yann le Pennetier et Didier Conrad. Il s’agit d’une parodie des aventures de Bob Morane, lesquelles existent depuis longtemps en roman et en bande dessinée. La série avait commencé dans le journal Spirou, mais il semble, comme nous l’apprend Wikipédia, que la liberté de ton dans un périodique pour la jeunesse avait choqué, en particulier l’homosexualité des deux héros. La série fut donc interrompue, puis fut reprise pour Glénat ; il existe d’autres épisodes secondaires publiés ici ou là, mais pas en album. Les deux albums ont été réédités chez Dargaud en 2010. L’homosexualité des deux héros est dérisoire, bien sûr, mais on ne peut pas négliger que, en 1984, même dans le registre parodique, c’était un acte militant, en tout cas pas neutre, de présenter en BD des personnages homos.

Tome 1 : Le Dinosaure blanc : À la recherche de Frank Veeres (1984)

Dès la première page et à plusieurs reprises dans l’album, le « commandant » Bob Marone dort tendrement enlacé avec son fidèle compagnon Bill Gallantine (Ballantine dans l’œuvre originale), lequel le vouvoie nonobstant dans toute l’œuvre, alors que Bob le tutoie. Suite à un coup de fil de la mère de Bob, ils partent à la Maronière, résidence familiale où Bob retrouve ses souvenirs d’enfance, l’ombre de son père le colonel Marone, Alphonse, le bon nègre caricature coloniale, serviteur de la maison, qui sème dans tout le village des enfants café au lait, au grand dam des mâles du village. La mère de Bob, qui rêve d’une descendance, a manigancé tout un complot pour envoyer dans la préhistoire, au moyen d’un « temposcaphe », Frank, le mari stérile de Carlotta, amie d’enfance de Bob avec qui il joua à touche-pipi. Mais Bob n’hésite pas un instant à utiliser le temposcaphe pour aller à la recherche de son vieil ami Frank. Ils se retrouvent au temps des dinosaures. Carlotta, obsédée par l’envie d’avoir un enfant, demande, et obtient de Bob qu’il lui en fasse un alors qu’ils sont en posture bien incertaine. Celui-ci s’exécute, en la prenant par derrière, et en songeant pendant l’acte à son ami Bill : « J’aurais voulu un garçon de toi, Bill. Nous l’aurions amené dans toutes nos aventures ». C’est la page la plus amusante de l’album (voir ci-dessous). On voit que la parodie n’est nullement homophobe, et dans le contexte de parution, ces pages donnaient une vision sympathique du couple homo dans un journal pour enfants. On trouve une belle plaisanterie au début de l’album où, croisant une superbe auto-stoppeuse, les deux amis ne « ratent pas une occasion pareille »… de l’asperger de boue en passant en voiture ! Frank et ses compagnons chasseurs refusent de rentrer au XXe siècle tant qu’ils n’auront pas inscrit le dinosaure blanc à leur tableau de chasse.
Bob Marone, de Yann & Conrad

Tome 2 : Le Dinosaure blanc : L’affrontement (1985)

Ce 2e album propose des scènes plus osées que le premier. Le prétexte est l’histoire de la chasse au dinosaure blanc, qui rend fou, puis cause la mort de Frank. Bill achève de ses mains un serpent préhistorique, ce qui procure à Bob un « frisson délicieux », car il songe à un « Hercule Farnèse ». L’un des compagnons de chasse, Callaghan, est saisi d’une haine de chasseur inassouvi contre Bob et Bill, qui prend des couleurs homophobes. Il traite Bill de « grosse tapette », ce qui n’émeut guère ce dernier : « la réussite de notre couple […] est difficile à supporter pour beaucoup de gens ». Dans la grotte, une nuit, Bob et Bill font l’amour, ou plutôt on voit le minuscule Bob échouant à pénétrer Bill, caché derrière son majestueux fessier ! Bob a une idée géniale pour venir à bout du terrible dinosaure blanc : maquiller en blanc un cadavre d’un autre dinosaure, vider les entrailles et se cacher à l’intérieur avec des armes pour faire tomber le monstre dans une fosse. Mais ça ne se passe pas comme prévu ; le monstre sort de la fosse et rend les derniers hommages à son homologue, hommage dont sont maculés nos amis, cachés aux premières loges ! La chasse se poursuit victorieusement ; ce qu’il reste des héros regagne le XXe siècle. Bob et Bill font l’amour voluptueusement, et Carlotta donne naissance à une petite fille posthume qui ressemble… à Bob ! Et voilà l’homoparentalité avant la lettre !

- Ces deux tomes bénéficient du label « Isidor ».
Label Isidor HomoEdu

Lionel Labosse


© altersexualite.com 2013
Réagissez, complétez cette critique, en précisant si vous êtes auteur, enseignant, élève… Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.