altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Harry Potter : Dumbledore homosexuel !

Harry Potter : Dumbledore homosexuel !

samedi 17 novembre 2007

Voici un extrait d’un article de Barbara Gandriaux paru dans Le Monde du 25 octobre 2007.

« Dumbledore est homosexuel ! » : c’est l’annonce inattendue faite par J. K. Rowling, l’auteure de la saga de Harry Potter, lors d’une lecture publique au Carnegie Hall à New York, vendredi 20 octobre. Albus Dumbledore, le directeur de l’école de sorcellerie de Poudlard, serait, selon l’auteure, « tombé amoureux de son vieil ami le sorcier Gellert Grindelwald » lors d’un combat qui les opposait.

Cette question était depuis longtemps débattue sur les forums de fans, même si certains n’y croient toujours pas. Le site Dumbledoreisnotgay demande aux internautes d’aider à démontrer que le directeur de l’école de Poudlard n’est pas homosexuel. Pour Melissa Anelli, la responsable du plus gros site anglo-saxon consacré à Harry Potter The Leaky Cauldron, questionnée lors d’un chat sur le site du Washington Post trois jours après l’annonce, il n’y a pas à douter : « C’est important qu’elle ait dit qu’il était homosexuel, car si elle le dit, il l’est ». De son côté, le Los Angeles Times s’est adressé à Andrew Slack, président de la Harry Potter Alliance, un site qui mobilise plus de cent mille fans de Harry Potter, pour relever sept indices qui paraissent révéler l’orientation sexuelle d’Albus Dumbledore.

- Votre limier préféré mènera l’enquête, à la vitesse d’un âne drag-queen au grand galop, pour tout vous dire sur cette révélation qui va, sans nul doute, révolutionner la révolution, au moins dans le monde des personnages secondaires gays de romans jeunesse. Mais qui se charge de dire à J. K. Rowling qu’on ne dit plus « homo », mais « altersexuel » !

- Lire tous les détails sur le site Poudlard.org.

- Lire notre article ; Harry Potter et les Reliques de la Mort, de J.K. Rowling.


Voir en ligne : Lire la suite de l’article de Barbara Gandriaux sur le site du Monde