altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Covidisme > Scandale au CESE : pendant la période d’inter-mandature, la propagande (...)

Scandale au CESE : pendant la période d’inter-mandature, la propagande vaccinale tourne à plein régime au nom d’un prétendu « collectif citoyen » cornaqué par 4 cabinets de conseil.

samedi 8 mai 2021

Le CESE (Conseil économique, social et environnemental) avait publié en mars 2021 les résultats d’une consultation de plus de 100 000 citoyens sur le « passeport vaccinal ». Le résultat était sans appel : 67,1% se déclaraient très défavorables et 5,6% défavorables, soit 72,7 %. Ce sondage de grande ampleur réalisé par notre 3e assemblée constitutionnelle a été ignoré par les médias gouvernementaux, au profit de sondages d’agences privées qui allaient dans le sens contraire, ce qu’a dénoncé Rémy de Juste milieu.

Une consultation de la Commission européenne s’est terminée le 22 avril 2021, auprès de seulement 12 000 citoyens européens. On peut lire les avis des citoyens. Je n’en ai pas vu un seul de positif !

Malheureusement, la mandature 2015-2021 du Conseil économique, social et environnemental, présidée par Patrick Bernasconi, a pris fin le 31 mars 2021. Le CESE est entré, depuis le 1er avril, dans une période d’inter-mandature, nécessaire au renouvellement de ses membres.
Le décret n° 2021-309 fixant la répartition et les conditions de désignation des membres du Conseil économique, social et environnemental a été publié le 24 mars, à la suite de la réforme du Conseil par la loi organique du 15 janvier 2021, qui diminue le nombre de conseillers à 175, et supprime les personnalités associées.
Le 26 avril 2021, 175 conseillers ont été nommés par leurs organisations respectives.
La séance plénière, à l’occasion de laquelle seront élus la nouvelle Présidente ou le nouveau Président ainsi que les membres du Bureau, organe collégial de décision du CESE, aura lieu le 18 mai prochain.

Mais cette période intermédiaire n’a pas empêché les fonctionnaires de cette coquille vide de publier le 2 mai cet article : « Le collectif citoyen « vaccination » remet de nouvelles propositions ». Ces 8 propositions constituent une véritable machine de propagande pour cet essai thérapeutique, sans la moindre référence au principe de « consentement libre et éclairé ». Il s’agit ni plus ni moins d’appliquer sans discernement la théorie du « nudge » (coup de pouce) que les cabinets de propagande consultés par l’État macronien à nos frais a déployée depuis des mois, comme en témoigne l’effroyable article 3 :
« 3. Adapter la communication et les messages délivrés selon le type de public
Selon le collectif, la communication sur la vaccination ne peut pas se limiter à des cibles de court-terme et informer uniquement les personnes qui sont les prochaines à avoir accès à la vaccination, mais doit se projeter sur l’objectif final, atteindre l’immunité collective, en ciblant tous les publics et en adaptant les messages pour que toutes et tous se sentent pleinement partie prenante de la campagne.
Le collectif recommande de mettre en place des messages ciblés selon les tranches d’âge et des communications (emails, messages) adressées en fonction des profils (jeunes, actifs, « frileux », « anti-Astra-Zeneca », détenus, enfants, …).
Il préconise aussi de communiquer à la fois sur les bénéfices collectifs et personnels, d’adapter les messages en fonction des territoires et d’axer la campagne sur la communication positive, constatant qu’il y a aujourd’hui une communication disproportionnée sur les effets négatifs. »

McKinsey, voici les clefs !

Et dire que ce prétendu collectif citoyen dont on n’avait plus entendu parler depuis janvier, était censé réunir des gens qui avaient l’intention de se faire vacciner, et d’autres qui avaient l’intention contraire. Leur production semble intégralement rédigée par un cabinet de conseil ; ce sont des « éléments de langage », ce n’est pas le résultat d’une réflexion d’un groupe de citoyens. D’ailleurs leurs noms sont-ils mentionnés ? « Le collectif recommande » : belle tournure de phrase digne de l’Union soviétique. Ainsi, la secte macroniste procède-t-elle par des comités fantômes qui court-circuitent les processus démocratiques. On nous parle d’un « conseil scientifique », mais on n’entend plus désormais s’exprimer ses membres. Aucune trace écrite de leurs délibérations. Aucun nom de citoyen, aucune trace de leurs échanges entre partisans et adversaires ou réticents de cet essai thérapeutique. Nous sommes décidément les personnages d’un roman d’Aldous Huxley, nous ne sommes plus dans la réalité. Une page dédiée à cette machinerie mentionne pas moins de 4 cabinets de conseil (en plus de McKinsey et autres) qui sont chargés de manipuler ce prétendu collectif de citoyens dont aucun nom n’est visible ! Il s’agit de IRS Quality, Missions Publiques, Eurogroup & Cap Collectif. Une véritable escroquerie en bande organisée, et à nos frais ! Soyez sûr qu’aucun journaliste de la presse gouvernementale n’ira jamais mettre son nez dans ces magouilles !
Comme d’habitude, la secte macroniste et son gourou mentent systématiquement et font le contraire de ce qu’ils annoncent sans aucune honte ; ils instrumentalisent des « citoyens » pour manipuler l’opinion, à l’instar de Gabriel Attal.
Tous les rouages de l’État sont désormais lancés à corps perdu dans la propagande de la pensée unique, éliminant sans merci la moindre opinion discordante.

- Dessin de presse de Pinel emprunté au journal Marianne.

- Article repris sur Profession gendarme.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Le collectif citoyen « vaccination » remet de nouvelles propositions