Accueil > Covidisme > Appel à la « vaccination » : manipulation d’État, pièce à conviction pour un (...)

Appel à la « vaccination » : manipulation d’État, pièce à conviction pour un Nuremberg du covidisme.

mercredi 17 février 2021

Un lecteur âgé me communique cette lettre qu’il a reçue de l’Assurance maladie / Ministère des solidarités et de la santé.

Appel à la « vaccination » : manipulation d’État.
© Assurance maladie

Mon sang n’a fait qu’un tour, alors que je suis en train de visionner le débriefing de France-Soir publié ce 17 février 2021 sur la question du vaccin en Israël, avec Haim Yativ, ingénieur, et le Dr Hervé Seligmann. Citation : « Haim Yativ et le Dr Seligmann déclarent que pour eux « ceci est une nouvelle Shoah » devant la pression des autorités israéliennes pour vacciner les citoyens. »
Alors voilà comment le pouvoir français organise la collaboration avec les labos corrupteurs en tentant d’imposer une irresponsabilité et une immunité non pas contre le virus mais contre les ravages possibles des « vaccins ». Explication de texte :

 « Vaccinez-vous contre la Covid-19 »
Ah bon ! Ce n’est donc pas une douce infirmière qui va vous piquouzer et qui va être grassement rétribuée pour ça, bien au-delà de son maigre salaire ? Ce n’est pas un médecin qui va endosser la responsabilité pénale d’un tel acte ? À l’instar des cliniques suisses d’euthanasie, vous devrez vous-même enclencher le mécanisme létal. C’est une manipulation grammaticale du gouvernement, et j’ai même vu un type dans le métro portant un badge : « Contre la Covid-19 je me vaccine ». Ce n’est pas celui-ci, je ne l’ai pas trouvé sur Internet, mais il y a davantage de badges « Je suis vacciné », ce qui est répugnant mais moins malhonnête.

« Je me vaccine, je vous protège » : bel exemple de manipulation grammaticale.
© France 3

À moins d’être médecin, on ne "se" vaccine pas (voix pronominale) : on "est vacciné par" (voix passive) un médecin, lequel est responsable pénalement de cette injection dont il est grammaticalement l’agent, vous le patient. Des agences de com grassement rétribuées par nos impôts recommandent ce type de tour de passe-passe. Ne tombons pas dans leur panneau ! À l’instant précis de « vous » vacciner, je vous suggère de songer à M. Camille Le Houx, doyen des Bretons, mort 5 jours après avoir été « vacciné » contre la Covid, comme l’a révélé le site Profession gendarme. Un vaccin diablement efficace pour supprimer définitivement toute maladie ! Ce genre de tournure est très utile pour faire passer cette « vaccination » pour un processus divin qui s’autogénère : « la vaccination s’accélère » peut-on lire dans La Libre. Mais aussi pour tous les aspects sociaux de la tyrannie : « À Rennes, le couvre-feu à 21 h a dû se faire respecter à coups de lacrymogène », titre le HuffingtonPost. On l’imagine bien, avec ses gros bras musclés, ce couvre-feu tel un monstre de blockbuster américain vainquant les méchants fêtards. Les journalistes qui utilisent ce genre de tournures ne sont plus des journalistes, ce sont des agents de propagande. À nouveau le 15 juin : dans un article du jour, on lit ceci : « La vaccination des adolescents s’ouvre mardi sous certaines conditions. La vaccination s’ouvre à tous les enfants de 12 ans et plus […] ». Dans la tradition des bonnes putains dépuceleuses, la vaccination ouvre donc son vagin ; elle « s’ouvre » aux adolescents en peine de piquouze. Sans intervention humaine grammaticalement parlant. Éléments de langage signés Mc Kinsey repris par les putains du journalisme coronazi. Quel enfant de pute a pris cette décision, qui va piquouzer ? Quels enfants de putes de parents vont laisser faire ça à leurs gamins ? Mettre « la vaccination » comme sujet, quelle simplicité !

Camille Le Houx, doyen des Bretons, victime du covidisme.
© Profession gendarme.


 « Afin de protéger la population française contre l’épidémie de la Covid-19 » : vous vous foutez de notre gueule ? Ce n’est plus la Covid-19, mais la Covid-20, et d’autre part les « pouvoirs publics » et prétendues autorités de santé font tout pour interdire aux médecins de nous prescrire les médicaments utiles en prévention ou en traitement précoce.

 « Vaccin », « vacciné », « vaccination » : ces termes sont frauduleux. Il ne s’agit en aucun cas de « vaccins » mais d’essais cliniques soumis à une procédure encadrée par la loi, dont j’extrais cette obligation : « l’adéquation, l’exhaustivité et l’intelligibilité des informations écrites à fournir ainsi que la procédure à suivre pour obtenir le consentement éclairé, et la justification de la recherche sur des personnes incapables de donner leur consentement éclairé », ainsi que « la nécessité éventuelle d’un délai de réflexion ». Exigeons des tribunaux la « justification de la recherche » sur un vieillard de 108 ans à qui on a administré ce poison et qui est décédé 5 jours plus tard. L’avocat Fabrice di Vizio nous a fourni sa vidéo très utile : « Vacciner les plus de 75 ans ? Conseils aux soignants »
<https://www.youtube.com/watch?v=Vza...>

 « Pour connaître les lieux de vaccination et les professionnels de santé habilités à vacciner ». Il n’y a pas un mot qui manque cruellement ? Qui est habilité non pas à « vacciner », mensonge criminel, mais à nous proposer sous réserve de notre consentement éclairé assorti d’un délai de réflexion, un essai clinique d’une thérapie génique que l’on pourrait au moins nommer clairement, sachant qu’entre les thérapies géniques Pfizer et AstraZeneca et les vaccins russe ou chinois, il y a autant de rapport qu’entre Olivier Véran ou Emmanuel Macron et un être humain.

 « Vous pouvez également contacter votre médecin traitant » : Ah bon, quand même ! Et il ou elle aura le droit de me proposer une alternative conforme au Serment d’Hippocrate comme le propose le manifeste « La quatrième voie » ?

 « Comme pour toute vaccination, avant de vous vacciner, le professionnel de santé vérifiera votre état de santé ainsi que d’éventuelles contre-indications ». « Professionnel de santé » : qui se fout encore de notre gueule ? Le médecin, seul habilité à administrer un essai clinique. Il est absolument scandaleux qu’on ait interdit aux médecins de ville de prescrire hydroxychloroquine et azithromycine jusqu’au 11 juillet, et que là, on semble sous-entendre qu’un kiné ou une infirmière pourrait décider d’une injection possiblement létale sans engager sa responsabilité pénale.

 « Avec toute mon attention, le Médecin conseil national ». Ah bon « le », alors il n’y en a qu’un ! Mieux encore que dans le prétendu conseil scientifique où ils sont trois. Mais alors ce Dr Mengele de la médecine à la Véran reste anonyme ? Il faudra bien pourtant que le Nuremberg qui jugera les crimes du covidisme trouve son nom. Qui es-tu, « Médecin conseil national » qui fais injecter ce poison mortel à des vieillards de 108 ans et qui arroses la France entière de ces courriers frauduleux ? Comme dans L’Apprenti sorcier, les vaccins enchantés s’injectent tout seuls dans les bras ballants des patients. Mais quel enchanteur se cache derrière cette Fantasia ?

Rappelons que la loi protège même le résident d’Ehpad contre ces khmers blancs de la médecine. Consultez le guide officiel de vos droits et décidez de survivre. Exigez d’être soigné en préventif et en curatif. Extraits : « La vaccination contre le (sic) COVID-19 ne revêt aucun caractère obligatoire. Toute personne a donc le droit de refuser. Le médecin a l’obligation de respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ce choix ». Notez bien : « le médecin », et non « le professionnel de santé ». « Le refus de vaccination ne doit évidemment entrainer aucune conséquence négative sur l’accompagnement des résidents. Le professionnel en charge de recueillir son consentement doit bien expliciter la neutralité de la décision du résident et est garant du secret médical. »

Dont acte !

 Voir « Le plus grand Nuremberg de tous les temps se prépare ».

 Sur la question du « consentement », lire absolument Alternative Santé : « Quelques questions en suspens autour du vaccin Covid
Volet 2 : Consentement » (dont j’ai extrait la vignette de l’article).

 Article repris sur Profession gendarme.

Un lecteur de Profession gendarme nous informe sur une nouvelle super-centenaire de 110 ans assassinée par les khmers blancs de la médecine : Marie-Claudine Fourrier, 110 ans, « vaccinée » le 27 janvier et décédée le 3 février.

Réjoui par cette excellente nouvelle pour l’équilibre des comptes de la sécu, j’ai envoyé un nouveau message de félicitation au Premier ministresur le site dédié :

Titre : Félicitations pour l’éradication des centenaires
Contenu du message :
« Cher Monsieur le Premier ministre

Je tiens à vous féliciter pour cette nouvelle excellente nouvelle sur le front du Covid. Grâce aux mesures énergiques de votre gouvernement, une nouvelle super-centenaire de 110 ans a été éradiquée : Marie-Claudine Fourrier, 110 ans, « vaccinée » le 27 janvier
https://www.lejsl.com/sante/2021/01/30/la-doyenne-du-departement-vaccinee-et-en-bonne-sante est décédée le 3 février
https://www.lejsl.com/societe/2021/02/03/a-110-ans-la-doyenne-de-la-saone-et-loire-nous-a-quittes

Bravo Monsieur le Premier ministre, bravo à vous, bravo à M. Véran, bravo à M. Macron, bravo aux membres du conseil scientifique, bravo aux 35 citoyens tirés au sort pour donner leur avis sur les « vaccins », bravo à M. Vaccin. En éliminant ainsi les centenaires qui bien sûr ont signé un « consentement éclairé » mettant le médecin qui leur a prescrit le « vaccin » à l’abri de toute poursuite pénale, vous contribuez à équilibrer les finances des caisses de retraites. Continuez, Monsieur le Premier ministre, cela vous permettra de figurer dans les livres d’histoire comme un grand Premier ministre. Vous tenez le gouvernail contre le covid. »

Je vous encourage bien entendu vous aussi à féliciter notre Premier ministre. En ces temps de « nous sommes en guerre », il a besoin d’encouragements. Certains préfèrent penser que nous sommes de sales complotistes. Surtout ne faisons rien, pratiquons la politique de l’autruche, et vive les Dr Mengele qui nous débarrassent de ces vieux en surnombre ! Surtout ne faites suivre cet article à personne. Comme en 1945 : « nous ne savions pas que de telles ignominies se pratiquaient à nos portes en notre nom. Si nous l’avions su, que n’aurions-nous pas fait ! »

Un lecteur me communique ce poème :

Murs

« Sans égards, sans pitié, sans scrupule,
ils ont élevé de hautes murailles autour de moi.
Et maintenant je ne fais rien ici que me désespérer.
D’un tel destin la pensée m’obsède et me ronge ;
car j’avais beaucoup à faire dehors.
Pendant qu’on bâtissait les murs, ah, que n’ai-je pris garde.
Mais jamais je n’ai entendu le bruit des maçons ni leur voix.
C’est à mon insu qu’ils m’ont enfermé hors du monde. »

Constantin Cavafy

En mai 2021, c’est désormais Doctolib, association philanthropique comme chacun sait, qui harcèle les gens qui ont eu le malheur de passer par son intermédiaire, en leur envoyant des messages répétitifs pour qu’ils se fassent « vacciner », car ils ont des « créneaux libres ». On sait désormais que cette propagande massive a un nom franglais : le « nudge » (coup de pouce). C’est le principe de la goutte d’eau qui creuse la pierre. Je n’en ai pas encore reçu, pourtant il me semble que j’ai déjà dû prendre un rendez-vous par leur intermédiaire. Il faudrait les boycotter, faire comprendre à nos médecins qu’on veut prendre rendez-vous par un secrétariat indépendant ; et sinon, changer de médecin, ce qui est facile à dire, mais impossible dans les déserts médicaux.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Guide de la vaccination contre la covid ehpad